Qui est concerné par ces 11 vaccins et quel calendrier ?


Le tableau qui illustre cet article explique que 11 injections deviennent obligatoires  en 6 rendez-vous, de l’âge de 2 à 18 mois, pour tous  les enfants nés ou à naître depuis le 1er janvier 2018. Les enfants nés avant cette date ne sont pas concernés, seule la vaccination contre le DTP (diphtérie, tétanos, polio) est obligatoire. Les autres demeurent conseillés. Cependant l’épidémie de rougeole plaide pour la vaccination. Les adultes ne sont non plus pas concernés par l’obligation vaccinale.

Est-ce obligatoire d’être vacciné pour être admis à l’école ?

Oui. Lors de toute inscription en garderie, en crèche, chez la nounou, en maternelle, élémentaire, colonie de vacances… bref toutes collectivités d’enfants, il est exigé un certificat médical attestant que l’enfant a reçu les vaccinations obligatoires pour son âge ou la présentation du carnet de santé l’attestant… sauf contre-indication reconnue par le médecin.- articles D3111-6 à D3111-7 et R3111-8 du code de la santé publique modifié par le décret du 25 janvier 2018 fixant les modalités relatives à la vaccination obligatoire.
Attention c'est également exigé dans les centres médico-sociaux.
Concrètement :

- les parents d’enfants nés à compter du 1er janvier 2018 devront justifier de 11 vaccinations obligatoires pour entrer ou rester en collectivité à partir du 1er juin 2018,
- les parents d’enfants nés avant le 1er janvier 2018, devront justifier de la seule vaccination DTP.  

Que se passe-t-il si l’enfant n’est pas vacciné ?

A défaut d’attestation de vaccination ou de contre-indication aux vaccins ou à l’un des vaccins, l’enfant ou l’adolescent est provisoirement admis. Les parents ont alors trois mois pour réaliser les vaccinations faisant défaut et le justifier. Les vaccinations n’ayant pu être réalisées dans ce délai sont poursuivies suivant le calendrier vaccinal.– article R3111-8 du code de la santé publique.
Il n’est plus procéder comme auparavant à l’expulsion systématique  de l’enfant non vacciné à l’issue du délai de trois mois - R3111-17 du code de la santé publique.
Cependant, « en cas de refus persistant des parents de ne pas vacciner leurs enfants, le responsable de la structure est fondé en exclure l’enfant », selon la ministre de la santé lors de sa conférence de presse du 5 janvier 2017 relative à l’obligation vaccinale. »
C’est le minimum puisque selon l’article L3116-4 du code de la santé publique les parents qui refusent de vacciner leurs enfants  sont passibles 6 mois de prison et de 3 750 euros d’amende.
Par ailleurs, le code pénal article 227-17 prévoit des sanctions pouvant aller jusqu’à deux ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende pour mise en péril de la santé d’un  mineur.
Et attention aux médecins qui falsifient les carnets de santé des enfants en mentionnant des vaccinations obligatoires qu'ils n'ont pas réalisés à la demande des parents -Jugement du Conseil d'Etat du 22 décembre 2017.

Combien sont remboursés vaccins et vaccination ?

L’assurance maladie prend en charge 65% de l’ensemble de ces vaccins (obligatoires comme recommandés) et 70% de l’injection par un médecin ou 60% si elle est pratiquée par une infirmière ou une sage-femme. Explication sur le site de l'assurance maladie remboursements/vaccins-vaccination.
Les complémentaires santé (mutuelles) y compris d’entreprises peuvent rembourser les 35% restant (se renseigner auprès d’elles).
A noter que cette vaccination est assurée gratuitement par les centres de Protection Maternelle et Infantile et les services municipaux ou départementaux de vaccination… quand ils existent.

cf : https://humanite.fr


Pour plus de renseignement rendez vous en pharmarcie ou sur le site http://vaccination-info-service.fr